Roc En Stock

Portrait de l’entreprise

Depuis son ouverture, il y a plus de 10 ans, Roc en Stock a mérité sa place de numéro un de l’escalade dans l’est de la France, en offrant à sa clientèle un outil d’entraînement et de découverte complet.

Roc en Stock occupe aujourd’hui 1500 m2 dans un bâtiment ayant servi naguère d’atelier au grand constructeur d’automobiles Mathis.

Si le haut niveau est bien présent, avec des voies fleurant bon le 8b, la découverte et l’initiation ne sont pas oubliées, la vocation de Rock en Stock étant de répondre aux attentes de tous les passionnés de grimpe, qu’ils soient professionnels ou débutants.

Tout le monde doit pouvoir trouver des voies de son niveau et celles ci doivent être régulièrement renouvelées, tel est la mission de nos ouvreurs.

Dièdres, dalles, murs, surplombs, dévers : tous les profils sont représentés dans les 50 couloirs totalisant plus de 150 voies.

Les enfants ne sont pas oubliés, ils ont même depuis deux ans leur salle à eux :
Roc enfant qui propose au 6/12 ans et toujours autour de l’escalade, anniversaires, école d’escalade, soirées parents enfants, stages écoles primaires.

Pourquoi Roc En Stock soutient Agisport ?

La réflexion sur un projet d’accompagnement d’athlète doit se faire « en commun ».

C’est une bonne doctrine en matière de dynamique sportive. Il n’y a là que de l’apparent bon sens. En effet, dès lors qu’il s’agit d’éviter la multiplication de « coquilles vides », il apparaît logique que la réflexion précède l’action.

Pourtant, sur le terrain, nombre d’acteurs constatent qu’à l’épreuve des faits ils sont isolés, et puis aussi : « comment faire dans le respect des équilibres financiers de chacun », constitue une interrogation immédiate, si ce n’est la question première.

L’escalade est une illustration frappante des problèmes qui se posent aux athlètes et aux structures qui les entraînent : sport jeune, bien qu’issu d’une longue tradition tournée vers la montagne, sport non olympique bien que mondial et possédant un « véritable esprit », sport de compétition en salle et d’exploits en pleine nature, sport au deux fédérations (Fédération Française de la Montagne et de l’escalade et Club Alpin Français)… Et pourtant, les athlètes sont là, souvent seuls, souvent sans entraîneurs et toujours à leurs frais… Alors quand se pose la problématique du statut ou celle de la reconversion… Nos grimpeurs sont bien démunis !

Ainsi, c’est conscient d’engager mon entreprise sur le long terme, que j’ai décidé d’adhérer au fonds de dotation AGISPORT, pour nos champions, pour les grimpeurs, pour tous les sportifs et tous les champions.