De la théorie à la pratique

Catégorie(s)

Mots clefs:


Inene Pascal - Aviron - Agisportive

L’aide apportée aux sportifs par Agisport n’est pas seulement financière. Illustration avec la championne d’aviron Inène Pascal et le boxeur Steeve Valente.

Pour Inène Pascal (Aviron Strasbourg 1881), c’est davantage le carnet d’adresses d’Agisport qui lui a permis de mener à bien son insertion professionnelle. En 2008, à « seulement » 24 ans, la Schilikoise décide, « pour assurer l’avenir », de réorienter ses études, après une licence en langues étrangères appliquées, et tire alors un trait sur le très haut niveau. La multiple championne de France et finaliste aux JO de Pékin en 2008 – « ma plus grosse performance » – est actuellement en Master 2, en alternance, à l’École de management de Strasbourg. Et a fait appel à Agisport il y a quelques mois pour trouver une entreprise.

« Il faut que le CV arrive sur le bon bureau, sourit Inène Pascal. Ce que l’on regarde en premier, c’est la formation. Pour moi, elle s’est faite en cinq ans au lieu de trois – le temps de représenter l’Alsace sur les plans d’eau du monde entier. Le côté sportif est certes un plus, mais que l’on a tendance à moins mettre en avant quand on effectue les démarches seul. »

« J’ai pu bénéficier du carnet d’adresses d’Agisport pour contacter de nombreuses entreprises – essentiellement parmi les quarante composant le fonds de dotation strasbourgeois – et obtenir rapidement de multiples entretiens. Cela a vraiment été très bénéfique. » Parmi plusieurs réponses positives, Inène Pascal a opté pour l’entreprise Mathis, une PME de 200 personnes à Muttersholtz, spécialisée dans la construction d’ouvrages en bois, dont elle a intégré le service marketing.
« Les qualités des sportifs peuvent être utilisées dans l’entreprise, soutient Jean Howiller, directeur du développement chez Mathis. Nous sommes très contents de la formule et nous allons essayer de garder Inène chez nous. »

Avis aux amateurs

De son côté, Steeve Valente – triple champion du monde de boxe thaïlandaise – entend briller sur les rings encore quelques années. Mais à 28 ans, le Strasbourgeois commence à penser à la suite. « Quand on est sportif de haut niveau, on pense rarement aux à-côtés. »
Pour le moment, Steeve Valente donne déjà des cours bénévolement dans son club, la SAK (Société athlétique Koenigshoffen). L’idée pour lui est de « rester dans la boxe » une fois sa carrière terminée. « Je souhaite passer le Brevet d’État, de manière à être entraîneur diplômé, le but étant de créer un poste dans mon club », explique le boxeur. Agisport va ainsi l’épauler pour se lancer dans cette formation.
Avis aux amateurs.

S.G.

DNA – 05/04/2010